restaurant

Hakata Choten : le meilleur gyoza de Paris ?

Toute notre passion dans un bol de rāmen, telle est la devise d’Hakata Choten. Cette petite cantine japonaise à la devanture rouge et noire a de quoi faire rougir les meilleurs restaurants de la rue Sainte-Anne (quartier japonais de Paris). Et tout ça grâce à ses gyoza mais aussi grâce à sa spécialité : le Tonkotsu rāmen.

Le Tonkotsu rāmen, toute une passion dans une spécialité


Hakata Choten est une cantine reconnue par les amateurs de gastronomie japonaise, non seulement pour ses gyoza (Lauréats du Prix du meilleur Gyoza au Japon). Une récompense fièrement arborée (et ils peuvent en être fiers) sur leur devanture. Mais surtout grâce à leur spécialité : Le Tonkotsu rāmen. Mais c’est quoi le Tonkotsu rāmen ?


Tonkotsu ramen Hakata Shoten

Special signature Rāmen – Hakata Choten

Les origines du Tonkotsu


La recette des rāmen au Tonkotsu est née dans un petit stand de nouilles ayant démarré ses activités en 1934 dans la ville de Kurume située dans la préfecture de Fukuoka (sud du Japon).

Ce petit stand servait alors des nouilles traditionnelles japonaises, appelées udon. Un jour, le propriétaire, aussi cuisinier, entendit parler des rāmen , soupe constituée de pâtes dans un bouillon à base d’os de poulet ou parfois d’un peu de porc.




Comme ce plat commençait à se répandre dans la région de Tokyo et de Yokohama, il s’y rendit afin d’étudier cette recette dans un restaurant spécialisé dans les rāmen . Il réalisa par la suite une soupe exclusivement à base d’os de porc, qui sera le premier rāmen au tonkotsu. La soupe de Tonkotsu était à cette époque-là translucide et légèrement blanche.
En 1947, après avoir laissé par accident sa casserole trop longtemps sur le feu, un cuisinier obtint par hasard une soupe blanche, complètement brouillée et relevée.

Originaires de la ville de Kurume, les rāmen au Tonkotsu ont rapidement connu du succès dans les grandes villes voisines de Kumamoto et Fukuoka, pour ensuite se répandre sur toute l’ile de Kyūshū, et enfin dans l’ensemble du Japon. Aujourd’hui, les rāmen au Tonkotsu se répandent aussi à l’étranger.

La cuisine japonaise est essentiellement composée de street food (cuisine de rue à manger sur le pouce) mais cette cuisine rapide s’est transformée en une véritable institution. C’est un art gastronomique qui demande beaucoup de patience et de la maîtrise (croyez-moi, pour avoir essayé moi-même, je n’ai jamais réussi à atteindre une saveur aussi travaillée que celle-ci).

À la carte, on compte cinq différents types de Tonkotsu :


  • Tonkotsu Rāmen classique : constitué de nouilles et d’une soupe réalisée fidèlement grâce au procédé traditionnel issu du meilleur extrait d’un bouillon aux os de porc mijoté pendant plus de 24 heures. (à partir de 12€).
  • Rāmen Noir : relevé à l’ail grillé longuement parfumé dans l’huile et riche en saveur. (à partir de 13€)
  • Tonkotsu Rāmen Rouge :avec du miso piquant dont la fabrication est un secret du chef. (à partir de 13€)
  • Special signature Rāmen : rāmen au tonkotsu, version suprême avec toutes les options : relevé à l’ail grillé et au miso piquant du chef, le tout accompagné de châsû (porc rôti) et d’œufs ajitama . (15€)
  • Végétarien Rāmen : rāmen spécial sans porc. Pour les végétariens. (10€)

Cuisson des nouilles, intensité du bouillon, à vous de choisir


Tout comme Ippudo, il vous est possible de choisir la cuisson de vos nouilles de futsu (normal) à barikata (fermes). Qui dit Tonkotsu rāmen dit intensité du bouillon, option qu’il vous est possible de choisir également, de assari (léger) à kotteri (concentré). Pour ma part, je n’ai pas lésiné sur la spécialité en prenant Special signature Rāmen, une tuerie ! Un bouillon riche en goût et bien épais, une douce odeur de negi (ciboule) et de porc qui vous chatouille les narines, et la touche finale, un miso épicé qui vient vous piquer la gorge, juste ce qu’il faut. N’hésitez plus, goûtez cette merveille sans attendre ! En parlant de merveille, qu’en est-il de leurs gyoza ?


Vous avez dit : « Prix du meilleur Gyoza au Japon » ?


Gyoza – Hakata Choten

Pour être honnête, c’est ce qui m’a interpellée en premier. Le Prix du meilleur Gyoza au Japon, ce n’est pas rien. En 2004, en tant que représentant de la préfecture de Fukuoka, Hakata Choten a remporté le premier prix du concours national de gyoza organisé par une émission de télévision japonaise : « Mardi spécial, meilleur gyoza du Japon ! ». Cette émission regroupait tous les meilleurs restaurants de gyoza du Japon.

J’aime partager mes bonnes adresses avec vous et être la plus neutre possible dans mes articles. Les gyoza que j’ai mangés chez Hakata Choten étaient absolument excellents, grillés comme il faut avec une farce faite maison, on sentait clairement que c’était un met de qualité. Mais au risque de vous décevoir, et malgré le fait que ô combien je les ai appréciés, ce ne sont pas les meilleurs gyoza que j’ai mangé.

Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas. Libre à vous de tester et vous faire votre propre opinion. Outre ce détail, j’ai su apprécier leurs plats à leur juste valeur et non pas des moindres, grâce à une carte faite sur-mesure pour apprécier votre rāmen dans les règles de l’art.


Apprécier un bol de rāmen comme il se doit


Manger un ramen

C’est vrai ça ! Comment apprécier un rāmen comme il se doit ? On apprécie pas un rāmen comme on dégusterait un steak frites. Il y a tellement de saveurs à découvrir, qu’il faut savoir en apprécier chaque détail et les associer de manière à en faire une expérience gustative unique !

J’ai aimé l’initiative d’Hakata Choten de nous guider sur la bonne manière de manger un rāmen. Un « How to » bien pratique que je vous partage aujoud’hui ! (source : Hakata Choten).

1. Il faut manger pendant que la soupe est chaude et que les nouilles sont fermes ou al dente.
2. Il faut d’abord toucher le bol avec les deux mains et sentir sa chaleur avec tout votre corps.
3. Goûtez ensuite la soupe à l’aide d’une grande cuillère et appréciez longuement sa saveur.
4. Prenez une portion de nouilles, l’équivalent d’une bouchée, à l’aide des baguettes et mettez-les dans votre bouche. Si c’est chaud, soufflez sur les nouilles pour les refroidir tout en mangeant. Vous pouvez aussi d’abord mettre les nouilles sur la grande cuillère pour vous aider à les manger.
5. Si vous avez encore un creux après avoir fini vos nouilles et mangé les autres ingrédients (œufs etc), ajoutez des nouilles supplémentaires dans votre bol en commandant le « supplément de nouilles». Les nouilles se ramollissent lorsqu’elles sont trempées trop longtemps dans une soupe chaude. C’est pourquoi afin de vous servir des nouilles savoureusement cuites et al dente, nous avons choisi l’option « supplément de nouilles» à la place de « grand bol ».

Pour résumer, Hakata Choten possède tout le charme d’une cantine japonaise comme on les aime. Bruyante mais conviviale, ses plats sont généreux et les prix raisonnables. Désireux d’apporter une touche de Japon à Paris en partageant l’art de manger un rāmen, ces passionnés vous transportent dans les rues de Kuruma sans quitter votre siège à Paris.


Je veux me rendre à Hakata Choten


Hakata Choten
53 Rue des Petits Champs
75001 Paris
01 40 20 98 88

Ouvert du lundi au dimanche de 12:00 à 15:00 et de 18:00 à 22:00


Merci à tous d’avoir lu mon article ! J’espère qu’il vous a plu et que vous pourrez ajouter une bonne adresse de plus à votre carnet ! On se retrouve très vite pour plus d’Asie à Paris !

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *